gargantua et pantagruel

Mais tout le monde soupait, excepté quelques rêveurs songeards, dont est dite la cène comme cœene, c’est-à-dire à tous commune. Tu le
sais bien, frère Jean. Allons, mon ami, de par tous les diables, allons. Mon estomac aboie de male faim comme un chien. Jetons-lui force soupes en gueule pour l’apaiser, à l’exemple de la Sibylle envers Cerbérus. Tu aimes les soupes de prime : plus me plaisent les soupes de laurier, associées de quelque pièce de laboureur salé à neuf leçons.

(le livre sur Goodreads)

(it) Gargantua e Pantagruele, François Rabelais, 1532-1564

Crème de chou violette avec croissant de veau et épinards

gargantua
logo
dark button background
fuori carta